De haut en bas

Le voile déchiré

Parmi toutes les manifestations de la puissance de Dieu qui ont eu lieu au moment de la mort de Jésus sur la croix, le déchirement du voile, qui dans le Temple de Jérusalem séparait le lieu Saint du lieu Très-Saint, a frappé Johan Bénouala. Il nous explique :

Le voile déchiré

Samedi, lecture : Matthieu 27:51-52, Marc 15:36, Luc 23:45

Matthieu, l’évangéliste relate le fait, que le voile du temple de Jérusalem, le jour de la mort de Jésus-Christ, se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas.

Pour un non-juif cela ne signifie pas grand-chose au premier abord. Mais pour le juif pieux, celui qui depuis sa plus tendre enfance entend les paroles de la loi de Moïse et tente d’y conformer sa vie, pour lui cela résonne fort. Pour lui, ce voile n’est pas un simple ornement du temple sur lequel sont brodés deux merveilleux chérubins. Pour lui, ce voile est le souvenir de la sainteté de Dieu et par conséquent le souvenir douloureux et constant de ses péchés. Pour lui ce voile est un rappel qu’il n’a pas de droit d’accès à la présence de Dieu. Sans doute, plus d’une fois lui est venue l’idée de franchir ce voile. Cependant les chérubins flamboyants et leur épées menaçantes l’en dissuadaient bien vite.  Sans doute, un cri s’élevait de son cœur à chaque fois qu’il venait au temple pour adorer Dieu : « Qui déchirera ce voile, qui me donnera le droit d’accéder à la présence de Dieu, Seigneur laisse-moi m’approcher de toi ?». Mais ce voile, année après année, demeurait là, les chérubins étaient toujours là.

Le lieu de la rencontre

Le temple était pour les juifs le lieu de la rencontre avec Dieu. Il fût pour la première fois érigé dans le désert, sous l’ordre de Moïse, on l’appelait le tabernacle ou tente de la rencontre. Il ressemblait alors à une grande tente que l’on montait et démontait à mesure qu’Israël marchait vers le pays promis et dans lequel Israël venait rencontrer Dieu. Sous le règne de Salomon, il fût un magnifique édifice mais fût détruit par Nabuchodonosor. Cyrus le perse autorisa sa reconstruction (cf Esdras et Néhémie). Hérode, avant la naissance de Jésus, entreprit une extension et une rénovation de ce second temple. Ce temple était donc pour les juifs le lieu de rencontre avec Dieu. Mais voilà, malgré l’apparence qui changeait, les différents temples qui se succédaient gardaient toujours la même structure intérieure, et la séparation de ce qu’on appelle le lieu saint d’avec le lieu très saint, justement séparé par le voile que Matthieu mentionne. Ce lieu très-saint c’était là que Dieu se trouvait, mais l’accès était interdit à tous. Seul le souverain sacrificateur pouvait y pénétrer, une seule fois par an pour présenter le sang du sacrifice pour le péché (cf Exode). Cela signifiait en fait que la présence de Dieu était inaccessible !

Ce voile sur lequel figuraient deux chérubins et qui rendait inaccessible la présence de Dieu rappelait un épisode terrible dans l’histoire de l’humanité. Celui que mentionne le livre de la genèse au chapitre 3 et verset 24 : « C’est ainsi qu’il chassa Adam ; et il mit à l’orient du jardin d’Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie. » Voilà le drame, l’homme ayant désobéit se retrouve chassé du jardin et l’accès à l’arbre de vie lui est impossible, l’homme est mort ! L’homme loin de son créateur, loin de celui qui est la vie, est désormais quoique conscient, mort, insatisfait, étriqué, et il est dans l’attente terrible du jugement de Dieu. Voilà l’horrible perspective de l’homme privé de Dieu.

Mais voici pourquoi le mot Evangile signifie bonne nouvelle. Voilà pourquoi Matthieu mentionne que le voile a été déchiré. Il l’a été déchiré de haut en bas, certains y ont vu l’initiative divine dans l’œuvre du salut, c’est dans haut que nous vient le salut et non de nos efforts. Dieu nous voulait près de lui !

S'approcher avec assurance

Il faut le crier à tous, que ce voile a été déchiré, que les chérubins ont posé les armes et que maintenant ils font une haie d’honneur à quiconque s’approche de Dieu par Jésus-Christ. C’est la mort de Jésus pour les péchés qui est la cause du voile déchiré. En effet, ce sont eux, nos péchés, qui nous empêchaient de nous approcher de Dieu. Mais Jésus les a portés, et par lui maintenant, nous avons un accès libre auprès de Dieu. C’est pourquoi l’auteur de l’épitre aux Hébreux nous dit de nous approcher de Dieu, mais pas n’importe comment, avec assurance ! Alléluia. Nous n’avons plus à redouter la mort, le jugement de Dieu et sa colère car le châtiment est tombé sur son Fils ( Ésaïe 53 :5). Le problème du péché a été réglé une fois pour toutes.

Voici pourquoi le texte de Matthieu mentionne que plusieurs des saints endormis (les croyants sous l’ancienne alliance) se réveillèrent, revinrent à la vie ! Jésus donne la vie à quiconque s’approche de lui car il nous permet de retrouver celui qui est à la vie en lui-même, Dieu. La résurrection des morts c’est l’espérance d’Israël (Actes 24.15). Lors du retour du Christ en gloire, les morts en Christ ressusciteront, la mort dernier ennemi sera alors définitivement vaincue nous dit l’apôtre Paul.

Alors puisque le voile a été déchiré : « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce » Hébreux 4.16 ; « Approchons-nous donc d’un cœur sincère, avec une pleine foi, le cœur purifié d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure ». Hébreux 10:22

Johan Benouala